Articles sur les voyages

Alors vous allez enseigner le français à l’étranger? C’est maintenant votre tour d’être l’élève!

Par: Kathleen O'Hagan, Ingle International

Alors vous allez enseigner le français à l’étranger? C’est maintenant votre tour d’être l’élève!

Un enfant de quatre ans timide peut être mignon comme tout. Ajoutez cinq autres enfants bruyants et vous voilà très occupé. Mais, ajoutez dix autres enfants – qui ne parlent pas votre langue – et cela pourrait ressembler à votre pire cauchemar.

La première fois que vous prendrez conscience de cela, vous pourriez être assis au milieu d’un groupe d’enfants, en train de leur lire un conte de fées dans une langue qu’ils ne comprennent pas. D’abord, vous verrez leur attention se dissiper et, très rapidement, leurs petites voix d’enfants couvriront la vôtre. Lorsque vous leur crierez de parler moins fort, vous vous rendrez compte que vos paroles n’ont aucun effet. Et, alors que vous verrez que vous avez complètement perdu le contrôle, vous commencerez probablement à vous demander pourquoi vous n’avez pas appris la langue de ce pays avant de partir...

Réfléchissez aux questions suivantes :

  • Comment disciplinerez-vous un enfant lorsqu’il ne comprend pas ce que vous dites?
  • Comment saurez-vous qu’il faut rapidement amener un enfant à la toilette avant qu’un accident embarrassant ne se produise?
  • Comment expliquerez-vous à un groupe d’enfants qu’une chose est dangereuse si vous ne pouvez pas utiliser de mots qu’ils reconnaissent?
  • Qu’arrivera-t-il si vous ne comprenez pas qu’un enfant vous dit qu’il est malade?

Bien sûr, vous pouvez utiliser des signes non verbaux – et ils vous aideront pendant un certain temps – mais arrivera le jour où vous ferez face à ce petit diable qui frappe sans cesse les autres enfants sur la tête, ou vous retrouverez devant ce petit ange qui vous regarde avec ses grands yeux remplis de larmes. Que ferez-vous à ce moment?

Dans les deux cas, vous seriez probablement prêt à donner une journée de salaire pour être capable de communiquer avec eux. Une bonne discussion peut aider à contrôler un enfant turbulent et certaines paroles rassurantes peuvent aider à calmer un jeune enfant qui pleure. Et bien qu’on vous ait peut-être assuré à plusieurs reprises que vous n’aviez pas besoin de connaître la langue pour obtenir l’emploi, vous devriez y penser deux fois avant de suivre ce conseil.

Parce qu’il existe un besoin réel pour des professeurs de français dans plusieurs régions du monde, l’obtention d’un emploi repose souvent sur vos capacités en français plutôt que sur vos compétences élevées dans une langue seconde. Et, dans la plupart des cas, si le français est votre langue d’origine et que vous possédez un diplôme, on vous donne l’emploi. Félicitations!
Toutefois, il est naïf de penser que vous serez un enseignant heureux et efficace si vous vous rendez dans un pays sans connaître un minimum de la langue locale.

Je ne suggère pas que vous devrez être parfaitement bilingue pour réussir, ou que vous devrez dépenser tout votre argent durement gagné sur des cours de langue très chers avant de partir. Mais, tirez une leçon de mon erreur. Assurez-vous de connaître plus que les rudiments de la langue locale au moment de vous rendre dans votre pays d’accueil. Il ne sera pas suffisant de seulement connaître « Bonjour », « Merci » et « Au revoir » lorsque vous serez entouré d’enfants de six ans qui crient.

Voici la bonne nouvelle : Il existe des moyens abordables pour vous préparer.

1. Procurez-vous un livre de langue. Pendant que vous êtes encore en sol canadien, lisez-en quelques pages en prenant votre café, dans l’autobus en revenant à la maison et le soir avant de vous coucher. Vous aurez peut-être l’impression que ces mots étranges ne vous restent pas en tête, mais, croyez-moi, ce n’est pas le cas. Vous ne vous en rendrez peut-être pas compte avant d’arriver à destination et de voir que vous reconnaissez des mots et des phrases ici et là. Et, plus la durée de votre séjour sera longue, plus vous serez en mesure de comprendre quand et comment utiliser ces nouvelles expressions.

2. Trouvez un partenaire d’échange linguistique. Peu importe où vous demeurez au Canada, je vous garantis que vous pouvez trouver un étudiant international qui désire fortement améliorer ses compétences linguistiques. Placez des affiches à la bibliothèque, dans les écoles de langue seconde et dans les cafés. Vous pourriez trouver un professeur gratuit (n’oubliez pas de rendre la faveur!) et un nouvel ami. (J’ai rencontré mon premier partenaire d’échange linguistique en 2004 et il demeure un de mes amis les plus proches.)

3. Trouvez un cours de langue de niveau débutant abordable si vous êtes prêt à débourser un peu d’argent. Mais n’utilisez pas toutes vos économies pour les cours plus avancés qui suivent (à moins d’avoir du temps et de l’argent à dépenser). Une fois que vous demeurerez dans votre pays d’accueil, vous vivrez une immersion langagière gratuite tous les jours, que vous le désiriez ou non. Et la fondation que vous avez bâtie pendant votre cours débutant? Elle vous aidera à atteindre plus rapidement un niveau où vous serez capable de converser!

4. Vous connaissez des gens qui sont déjà là-bas? Posez-leur des questions! Demandez-leur de vous donner des mots efficaces et des expressions que vous aurez besoin de savoir pour votre classe, et faites-vous une liste. Mémorisez des mots comme « Arrête » ou « Non », ou des expressions comme « Bon travail! » ou « Temps d’arrêt », et même des phrases complètes comme « Si tu n’écoutes pas en silence, je devrai parler à ta mère ». Cela vous sera très utile pour commencer. Et vous serez surpris de voir à quel point vous vous exprimerez de manière naturelle dans cette langue.

Apprendre une nouvelle langue n’a pas à être coûteux ni monotone! C’est une expérience qui peut être très amusante – et vous êtes probablement d’accord puisque vous-même enseignez une autre langue!

Vous déménagez peut-être à l’étranger pour enseigner le français, mais tant que vous n’êtes pas vous-même un élève et que vous n’apprenez pas certaines notions de la langue locale, ne vous faites aucune illusion, ce ne sera pas une tâche facile.

Cet article, écrit par Kathleen O'Hagan, est fourni par Ingle International. Ingle International se spécialise dans l’assurance voyage depuis 1946 et offre des solutions d’assurance pour les gens qui vivent, travaillent, étudient ou voyagent partout dans le monde.